Colloque régional annuel 2017

  • Catherine Muneghina (catherine.muneghina(at)upmc

AgroParisTech - Amphithêatre Tisserand 12, rue Claude Bernard, 75005 Paris France

L’ingénierie écologique et les solutions fondées sur la nature peuvent être vues comme des solutions efficaces pour faire face aux crises environnementales actuelles : changement climatique, crise mondiale de la biodiversité et non-durabilité de l’exploitation de la biosphère (sur-pêche, aquaculture, agriculture, artificialisation des sols…). Ces solutions devraient couler de source puisqu’il s’agit essentiellement de rationaliser de nombreuses pratiques existantes en utilisant les connaissances accumulées par les sciences écologiques pour les rendre plus durables et remplacer le travail humain et l’usage de ressources non-renouvelables par des processus écologiques.

  • Nom du fichier : Workshop biodiversite inge nierie e cologique et socie te s 11 decembre 2017 final pdf 2
  • Taille : 240.29 Ko
yes /

Télécharger

Dans ce cadre général, les organismes vivants et la biodiversité sont au cœur des pratiques d’ingénierie écologique :

(1) L’ingénierie écologique peut manipuler explicitement des organismes pour bénéficier des fonctions qu’ils remplissent et des services qu’ils rendent. C’est le cas avec la sélection variétale en agriculture ou les pratiques agricoles basées sur des mélanges d’espèces (par exemple une céréale et une légumineuse) ou de variétés.

(2) L’ingénierie écologique impacte non-intentionnellement une multitude d’organismes du fait des nombreux effets secondaires de la manipulation d’organismes ou de systèmes écologiques entiers. Par exemple, on peut introduire une espèce végétale pour les services écosystémiques qu’elle rend mais cette espèce peut devenir invasive et impacter négativement la biodiversité.

(3) On peut penser que l’ingénierie écologique doit avoir un effet globalement positif sur la biodiversité si elle permet de remplacer par des processus écologiques des intrants et un usage non-durable des ressources.

(4) Enfin, l’ingénierie écologique peut viser explicitement à la conservation d’organismes ou à la restauration d’écosystèmes.

Le colloque abordera les nombreuses questions écologiques, techniques et éthiques posées par ces différentes interactions entre biodiversité et ingénierie écologique en se basant sur des exemples aussi variés que possible, des écosystèmes naturels à l’agriculture et à l’écologie urbaine.

Le colloque commencera par aborder les connaissances écologiques permettant de manipuler les organismes (introduction, augmentation de l’abondance), de choisir les organismes à utiliser (espèces, génotypes) et de jouer sur la biodiversité proprement dite. Les techniques et précautions à prendre permettant de minimiser les impacts négatifs sur la biodiversité seront ensuite examinées. Cela conduira à aborder toutes les questions éthiques et philosophiques liées à l’ingénierie écologique. Quelles sont les pratiques légitimes et les pratiques dangereuses ? Comment construire une éthique de l’ingénierie écologique? Quel rôle peut-on donner à une ingénierie écologique à la croisée des chemins entre la naturalité et l’artificialité ? Quelles questions cela pose-t-il sur la place de l’Homme dans la biosphère et l’évolution de cette place au cours du temps ?

×